Accueil > Se rendre utile > Initiatives de jeunes > Félicia - À la recherche d’une transition écologique

Félicia - À la recherche d’une transition écologique

Dans le cadre de la semaine européenne du développement durable 2020, le BIJ souhaite donner la parole à des jeunes impliqués dans des projets liés à l’environnement sur notre territoire.

Découvrez le témoignage de Félicia et sa transition écologique.

Peux-tu te présenter ? En quoi consiste ton projet ?

Je suis Félicia et j’ai 24 ans. J’ai passé 18 ans de ma vie dans un village en
Haute-Savoie et je suis Lorientaise depuis peu.
Ça fait déjà deux mois que je suis volontaire à l’Eko center Latinovac, basé dans une zone rurale a l’est de la Croatie (Slavonie). Je suis sous la responsabilité des trois membres de cette association, Danjela, Ivan et Mario (mon coordinateur), et accompagnée de deux autres volontaires, Yann et Mihaela.
Ensemble, nous apportons notre aide dans la maintenance de notre lieu de vie, au sein du centre. Nous nous occupons majoritairement du grand jardin dans les règles du respect et du développement de la biodiversité. Nous apportons notre soutien aux villageois au sein de leurs propriétés en nous occupant de travaux de rénovation, de la maintenance de leur espace vert, en les accompagnant à la forêt pour couper du bois. Enfin, nous réhabilitons ce qui doit devenir la future école primaire du village, en nettoyant l’extérieur des détritus accumulés, en rassemblant les briques des bâtisses écroulées, en fabriquant des toilettes sèches et des jardins en spirales.

moi_jardin.jpg.png

Pourquoi as-tu décidé de t’impliquer dans ce projet ?

J’ai décidé de m’impliquer dans ce projet afin d’être au plus près des réalités de l’autosuffisance. Afin d’obtenir un point de vue réaliste sur les méthodes adoptées pour réduire l’hyperconsommation.

Que fais-tu au quotidien pour préserver notre environnement ?

De manière générale, donc hors volontariat, je fais attention à utiliser le juste nécessaire en électricité (sauf pour l’ordinateur qui est mon moyen de communication). J’essaie de réduire ma consommation en eau et de cuisiner le plus possible en utilisant des ingrédients locaux, et qui se trouvent dans mon jardin. J’ai par exemple revisité de nombreuses recettes aux orties et aux pissenlits. Au niveau matériel, je me fournis dans les brocantes et les friperies. J’adore cela car les objets ont leur histoire, c’est super pour le porte-monnaie, on trouve des pièces originales, et enfin, on a bonne conscience !

cleaning_way_snow.jpg.png

Depuis que je suis à l’écocentre, je fais du composte en déposant dans des grands filets en acier (qui servent de murs) des couches de terre, de la matière organique tel que de l’herbe coupée, des déchets alimentaires, de l’excrément de mammifères ruminants et de la paille.
Je m’occupe du jardin de A a Z en employant des méthodes à l’ancienne. Par exemple, je ne retourne pas le sol comme dans la méthode traditionnelle, car cela tue les insectes et les bactéries. Je l’aére seulement à l’aide un outil spécifique, puis dépose du compost et de la paille. Les graines ne doivent pas être en contact direct avec le compost, car ceci et trop riche en nutriment et les brulerait. Enfin, j’arrose chaque jour avec l’eau du puits sauf en cas de pluie bien-sûr.

Quel est le geste écologique qui te tient le plus à coeur ?

Le geste écologique qui me tient le plus à coeur est probablement celui de consommer locale. Pas de transport, donc moins de pollution. On favorise l’économie locale et on fait des rencontres. C’est aussi mon défi écologique à court terme.

dscn8681.jpg

Quel serait ton défi écologique à court, moyen et long terme ?

À moyen terme, ce serait d’apprendre à employer des méthodes utilisées en
permaculture, en intégrant des communautés engagées dans cette voie.
Enfin, à long terme j’aimerais avoir mon propre lieu dans un environnement sain, qui serait un lieu de création (je suis un peu artiste), avec mon propre jardin, et vivre en trocant entre voisins.
Je peux dire que j’ai eu le déclic écolo dès mon enfance. J’étais révolté par la tonne de détritus que je trouvais au sol, dans la rivière qui se trouvait à quelques pas de mon appartement. Bien sur en grandissant, j’ai bien remarqué quand réduisant ma consommation, cela avait un impact financier très positif. De plus, mon cerveau se libérait du besoin d’acheter, ce qui me laissait de l’espace pour penser aux choses que j’aimais VRAIMENT. Faire de la musique, danser, peindre, trainer des heures dans un parc avec des amis pour discuter de choses importantes OU pas. La surconsommation, pour moi, c’est une facilitée qui tue l’imagination, et qui nous vole notre temps si précieux.

dscn8617.jpg

Une petit source très importante sur la transition écologie : La transition écologique est une évolution vers un nouveau modèle économique et social, un modèle de développement durable qui renouvelle nos façons de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble pour répondre aux grands enjeux environnementaux, ceux du changement climatique, de la rareté des ressources, de la perte accélérée de la biodiversité et de la multiplication des risques sanitaires environnementaux.“

http://www.manche.gouv.fr/Politiques-publiques/Amenagement-territoire-energie/Developpement-Durable/La-transition-ecologique

Mise à jour mardi 26 mai 2020, par Volontaire BIJ

Les plus du Bij