Accueil > Découvrir le Monde > Témoignages > Laure - HelpX et Workaway à travers l’Europe

Laure - HelpX et Workaway à travers l’Europe

Laure est partie 5 mois à la découverte de l’Europe en sac à dos, faire du volontariat en HelpX et Workaway. Elle nous raconte son aventure !

Le projet :

Je souhaitais faire une pause dans mes études, prendre le temps de faire le point sur ce que je souhaitais pour mon futur. J’ai toujours eu le "virus du voyage", je souhaitais découvrir le monde et faire évoluer ma vision du monde, apprendre à mieux me connaitre. Etant photographe, j’ai aussi été motivé par le besoin d’espace et ma volonté de travailler mes photographies. Je suis donc partie 5 mois en sac à dos (15 kilos accompagné d’un petit sac à dos de 5 kilos). J’ai fait majoritairement des volontariats. Cependant entre chaque, je prenais souvent quelque jours, voir une semaine pour découvrir la région ou la capitale du pays. L’idée de départ n’était pas de partir toute seule puis je me suis dit que si on attend les autres pour vivre on ne vit pas beaucoup. J’ai commencé par l’Islande, puis le sud de la Suède et le nord, la Finlande. J’ai ensuite fait une semaine en Allemagne et continué en Autriche et finit en Ecosse.

dsc_0148.jpg

La démarche :

Pour trouver mes volontariats, j’ai décidé de ne pas m’inscrire sur le site de "Wwoofing" car il faut payer une adhésion de 20 à 30 € par pays. Comme je faisais 5 à 6 pays et que mon objectif était de réduire le plus possible les frais je me suis dirigée vers les sites "Workaway" et "HelpX". Ces sites permettent d’avoir accès aux annonces de tous les pays pendant un an, en payant une trentaine d’euros. Les volontariats qu’on y trouve sont également dans des domaines plus large que le wwoofing qui, lui, propose des volontariats dans des fermes.

Les deux sites que j’ai utilisé m’ont permis d’avoir accès aux profils des familles ou endroits qui souhaitent de l’aide. On peut voir des photos de l’endroit, d’eux ou encore de leur projet. Il y a aussi une petite description de la mission, ce qu’il attendent de nous, ce qu’ils nous proposent culturellement, socialement et bien évidement au niveau logistique et nourriture en échange de notre aide. On peut aussi voir la période demandée. Il y a aussi les commentaires laissés par d’anciens volontaires, ce qui est un point très important. C’est à nous, après étude de leur profil, de les contacter si on est intéressé. Pour moi, il était très important de regarder les commentaires retour et de bien poser les bonnes questions avant de décider de s’y rendre.

Il est important de demander combien d’heures de travail ils attendent de nous (normalement 5 heures par jour, 5 jours par semaine), et si l’on est nourrit et logé. Il peut aussi être intéressant, si on se retrouve dans un endroit isolé et qu’on souhaite se déplacer, de demander s’il est possible d’emprunter une voiture.

Petite info : sur les sites, les Host peuvent voir à qui on a envoyé des demandes, donc attention à ne pas en envoyer trop en même temps.

J’ai également fait des démarches au niveau assurance, pour en avoir une bonne qui me couvrirait en cas de problème. Etant seule à l’étranger je ne voulais prendre aucun risque de ce côté. Certains endroits où je suis allée demandaient une assurance qui couvre le travail et les accidents qui peuvent en être liés.

dsc_0891.jpg

Mes temps forts :

Le voyage en soit à été fort en découvertes, rencontres et émotions. Je dirais que la première semaine était très forte. Je ne me rendais pas bien compte du projet que j’avais entrepris. Chaque rencontre que j’ai pu faire a été pour moi un temps fort. J’ai eu la chance de rencontrer un monsieur avec la main sur le coeur, qui m’a donné une chance et m’a fait confiance avec ses chiens de traîneau. Il m’a ouvert les portes de son chenil alors que j’étais dans une galère pas possible. Il a accepté de me prendre en volontaire sachant qu’il n’en prend jamais. Ce monsieur (Taisto Torneus, grand nom dans le domaine des chiens de traîneau en Scandinavie) m’a fait confiance en me mettant dès mon second jour seule sur un traîneau avec ma propre équipe de 4 chiens. Je crois pouvoir dire que mes 3 semaines et demi passées dans son chenil, dans le nord de la Suède, à été un des temps fort de mon voyage.

Si je devais citer un autre temps fort, je dirais quand je suis allée faire du camping sauvage dans un parc naturel dans le sud de la Finlande, seule avec uniquement un sac de couchage et de quoi faire de la soupe. J’ai du couper mon bois toute seule, faire mon feu, dormir à la belle étoile seule dans une forêt. Le calme de l’endroit m’a marqué je pense pour bien longtemps. C’était la première fois que je faisais ça et même si je n’étais pas rassurée au tout début, ça été une des plus belles expérience de ce voyage.

Un autre gros temps fort pour moi a été mon premier vol en parapente en Autriche (dans leTtirol) que j’ai eu la chance de pouvoir faire grâce à deux américains avec qui j’ai fait mon volontariat. Ce sont deux personnes incroyables avec qui j’ai de suite accroché et qui m’ont payé pour mon anniversaire la majeure partie de ce vol en parapente au dessus des montagnes (notamment la plus haute montagne d’Autriche). Une expérience inoubliable.

dsc_1036.jpg

Les aspects positifs :

Le premier point positif est sans aucun doute l’amélioration considérable de mon anglais. Il faut dire que parler, entendre et lire de l’anglais en permanence pendant 5 mois, aide énormément.

Le second est les liens que j’ai noué avec beaucoup des personnes que j’ai rencontré. Bien que je sois partie seule et passé une majeure partie de mon voyage seule, j’ai malgré tout rencontré beaucoup de personnes d’horizons différentes. J’ai également gagné énormément en confiance en moi, en courage et en indépendance.
De façon générale, voyager seul ou accompagné permet de grandir, de voir d’autres façon de vivre, d’ouvrir son esprit et sa façon de penser. Je dois dire que voyager seule augmente encore plus ces points. Quand vous voyagez avec quelqu’un vous avez tendance à vous reposer sur cette personne. En voyageant seule, je n’ai eu que moi pour régler les problèmes que j’ai pu rencontrer.

Les aspects négatifs :

Il est difficile pour moi de trouver un point négatif à ce voyage. Même lorsque je me suis retrouvée face à un problème (qui sur le coup semblait très important), j’ai réussi à trouver une solution ce qui a transformé le point négatif en point positif. Le seul point négatif que je trouve actuellement est le fait d’avoir du rentrer.

Les conseils :

Il ne faut surtout pas avoir peur de se lancer seule dans cette aventure (homme comme femme). Dans les pays que j’ai fait, je n’ai ressenti aucune peur, aucun danger (il ne faut pas se mettre dans des situations à hauts risques). Prendre le temps de faire un budget qui permette de pouvoir se faire des petits plaisirs.
Lorsque l’on est en voyage, ne jamais hésiter à sortir, aller prendre un verre (même seul), visiter une ville, lire un livre dans un café...

Le conseil le plus important pour moi : lancez-vous ! On a qu’une seule vie et il ne faut pas la passer à regretter parce qu’on a eu peur de faire quelque chose tout seul.

Ce que ça m’a apporté :

Comme pour l’aspect positif, je vais dire l’apprentissage de l’anglais mais aussi les liens sociaux, la confiance en moi, une vision différente du monde et une très grande ouverture d’esprit. Ce n’est qu’une courte liste des nombreuses choses que ce voyage m’a apporté.

dsc_1790.jpg

Si vous aussi vous souhaitez partir à l’étranger et avez besoin de conseils, venez nous rendre visite au BIJ de Lorient ou contactez nous à l’adresse : infos@bij-lorient.org.

Mise à jour jeudi 31 octobre 2019, par Audrey