Accueil > Se rendre utile > Initiatives de jeunes > Lutter contre les préjugés et les discriminations avec Unis-Cité

Lutter contre les préjugés et les discriminations avec Unis-Cité

Paolo, Zoulfati, Claire, Jeremy, Valentin, Léa et Marine sont volontaires en service civique au sein de l’association Unis-Cité à Lorient. Ensemble, et en partenariat avec le BIJ, ils ont mené un projet de lutte contre les préjugés et les discriminations via les réseaux sociaux.

Suite à une réunion préparatoire avec une animatrice en mars dernier, la structure du BIJ, et les jeunes ambassadeurs des droits pour l’égalité, Zoulfati et Paolo, volontaires en service civique à Unis-Cité, ont imaginé un vaste projet consistant à combattre les discriminations sur le territoire lorientais.

Toutefois, étant donné la situation sanitaire, l’idée fut alors de sensibiliser ensemble sur les réseaux sociaux les jeunes à la lutte contre les préjugés, les stéréotypes et la discrimination.

Au sein d’Unis-Cité, association basée à Lorient, sept volontaires ont été séduits par le projet. Outre les jeunes ambassadeurs des droits pour l’égalité, Marine, Léa, Claire, Valentin et Jeremy se sont engagés durant un mois pour s’attaquer aux maux de la société.

Ils nous expliquent :

Volontaires en Service Civique à Unis-Cité Lorient, il nous semblait intéressant d’expliquer la construction des préjugés et de la discrimination. Davantage adressé à la jeunesse, nous avons créé ce projet connecté en partenariat avec le BIJ de Lorient. Depuis le début du mois d’avril, chaque semaine, nous imaginions un support différent pour faire comprendre de manière ludique des thématiques difficiles à synthétiser. Quatre phases, et donc quatre types de participations distinctes, ont vu le jour.

Durant la première phase, nous avons réalisé plusieurs questionnaires accompagnant de courtes vidéos réalisées par l’institution du Défenseur des Droits et par la plateforme Lumni. Chaque épisode fut l’occasion de mettre en exergue la construction d’une discrimination et du harcèlement discriminatoire. A noter qu’une trentaine de participants ont répondu sur les sept jours aux questionnaires proposés.

Ensuite, nous avons appelé à la créativité en réalisant un concours d’affiche sur des thèmes multiples et variés. En vain, cette phase n’a pas retenu l’attention des lecteurs. Nous savons néanmoins à quel point il est difficile de toucher en utilisant ce support.

Lors de la troisième semaine, nous avons ouvert une plateforme d’interaction afin que les personnes qui le souhaitent, puissent partager leurs préjugés ou stéréotypes sur des catégories d’individus ciblées (femmes, juifs, musulmans, chinois, français, bretons, blondes). Tout comme pour la première phase, cette forme de participation a séduit.

Enfin, le projet s’est clôt par la réalisation d’une vidéo en lien avec les préjugés revenus le plus fréquemment lors de la phase d’interaction. Ce fut pour nous l’occasion de rappeler que ces derniers peuvent donner lieu à une discrimination.

Compte tenu de la situation particulière dans laquelle nous vivons, et pour mener à bien le projet, nous mettions en place des groupes de travail par visioconférence sur Zoom.

En somme, nous sommes d’accord pour dire que ce projet fut enrichissant tout en demandant beaucoup d’implication. C’est pourquoi, nous sommes fiers d’avoir touché des dizaines de personnes à travers l’écran.

A ce titre, vous pouvez retrouver l’intégralité de nos productions sur la page facebook du BIJ de Lorient.

paolo_carvalho.jpg
zoulfati_abdallah.jpg
claire_mathon.jpg
lea_le_guilloux.jpg
marine_tanguy.jpg
valentin_sauve_1_.jpg
jeremy_zor.jpg

Mise à jour mercredi 29 avril 2020, par Maïwenn

Les plus du Bij